fbpx

Si la faune et la flore du parc naturel des volcans d’Auvergne sont avant tout montagnardes, la diversité de ses reliefs offre une multitude de milieux – prairies, forêts, lacs, tourbières – propices à des espèces devenues rares pour certaines. Patrick Viaud, photographe, et Christian Gregoir, accompagnateur en montagne, nous présentent les plus courantes.

Cantalien d’adoption depuis trente ans, Patrick Viaud s’extasie toujours devant les anémones qui éclosent au printemps dans les prairies d’altitude, la neige à peine fondue. Adjoint au maire de Thiézac et président du Gîte d’étape de Lafon, il arpente la vallée et a ses randonnées favorites dans le Carladès, parmi lesquelles la randonnée de la Porte du Lion, sur le site insolite du Chaos de Casteltinet.

Traquez marmottes et mouflons sur le Massif Cantalien

« Sur le sentier du GR400, la roche volcanique forme une sorte d’arche sous laquelle on passe et dont le dessus évoque un lion », explique Patrick Viaud, qui considère ce lieu comme un bon « spot » pour observer les grands mammifères du Cantal, mais aussi le majestueux lis martagon, protégé. « Dans la pente, il est courant de voir des mouflons, tandis que les prés du bas accueillent des biches, des chevreuils… À l’automne, cette zone est un bon point d’écoute pour le brame du cerf, tout comme l’Élancèze et Faillitoux. L’hiver, il n’est pas rare d’observer des mouflons tout près du gîte de Lafon, car ils fuient les grosses épaisseurs de neige ! »

Les chamois et les marmottes  se hasardent quant à eux dans les éboulis rocheux des pelouses et les landes à myrtilles du Massif Cantalien.

Il est possible de randonner sur leurs traces avec un guide dans le parc naturel des Volcans d’Auvergne. Et on les aperçoit sans mal autour des burons de Pailherols, sur le chemin du Plomb du Cantal, en vallée de Brezons et sur les pentes du puy Mary.

Des loutres dans les rivières du Cantal

Riche en truites fario, la Cère abrite aussi la loutre d’Europe, malheureusement fort discrète. Le long des torrents tumultueux aux eaux pures, il n’est pas rare de surprendre le cincle plongeur, un oiseau noir au plastron blanc qui a la particularité de marcher sous l’eau pour y capturer des insectes aquatiques. Il est toutefois moins commun que la bergeronnette des ruisseaux, qui hoche sans cesse la queue en sautillant sur les rochers.

Le ciel du Cantal est sillonné par de nombreux milans royaux, rapaces migrateurs à la queue échancrée, et des grands corbeaux au cri rauque, tandis que les falaises escarpées accueillent les discrets hiboux grands ducs, le faucon pèlerin, des traquets motteux et des hirondelles des rochers.

Loutre dans le Pas de Cère Cantal

Un concentré exceptionnel de la flore d’Auvergne

Accompagnateur en montagne et propriétaires des chambres d’hôtes de La Roussière, Christian Grégoir conseille particulièrement le mois de juin aux amateurs de botanique. « La flore du Cantal est exceptionnelle, on peut contempler des fleurs dès la fonte des neiges et jusqu’en août en altitude mais la floraison est à son summum du mi-mai à mi-juillet, assure-t-il en feuilletant les pages d’un bel album photo entièrement dédié aux plantes. Ça commence dès janvier avec les perce-neiges si la neige fond, puis avril voit apparaître les crocus, les narcisses et les jonquilles. Dès que la neige s’en va, les anémones printanières, puis les anémones souffrées apparaissent par milliers sur les flancs du Plomb du Cantal. Quand il fait mauvais, la fleur se ferme comme un œuf, puis forme un plumeau quand elle est fanée ! En  mai-juin, c’est au tour des orchidées et des pensées d’orner les talus et les bords de chemin. »

Lis Martagon dans la Cantal

La gentiane, une plante emblématique de l’Auvergne

Parmi les plantes typiques d’Auvergne, le Cantal compte différentes espèces de gentianes : printanière, champêtre et bien sûr la gentiane jaune, dont les racines (45 ans en moyenne !), récoltées par les « gençanaïres » dans le parc naturel des Volcans d’Auvergne, servent à fabriquer l’apéritif local.

Assez commune dans les prairies au-dessus de 300 m, l’arnica, connue pour ses vertus contre les hématomes (attention, elle est toxique à l’ingestion), se repère de loin grâce à sa grande fleur jaune.

Reconnaissable à ses épis aux fleurs blanches, l’asphodèle dépasse facilement un mètre. « Il y a une belle station d’asphodèles à la cascade du Faillitoux, après la passerelle, de chaque côté du sentier, précise Christian, toujours prompt à transformer les grandes feuilles de pétasite en casquette ! Et l’été, ne manquez pas les lupins au-dessus du parking du puy Mary. » Des secrets précieux pour les botanistes en herbe.

Puy Griou Flore Cantal

> Pour en savoir plus :

auteur

par Catherine Levesque
le 14 septembre 2020

Virginie - 17 septembre 2020

Merci à vous pour votre visite !

Pentecôte - 16 septembre 2020

Merci pour ces informations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FAQ
Météo
Du jour picto 5.0° picto 10.1km/h
27/09 picto picto -0.0° picto 5.7km/h
28/09 picto picto 6.7° picto 8.6km/h
29/09 picto picto 5.8° picto 5.1km/h
30/09 picto 9.7° picto 3.2km/h

Webcams Le Lioran